• Bannière Actualités

Le sport en entreprise : concept tendance ou véritable levier de performance ?

9 mai 2019 : Romane Rappin

Le sport en entreprise : concept tendance ou véritable levier de performance ?

Ce n’est plus un secret pour personne, la pratique sportive est bénéfique aussi bien pour la santé physique que pour la santé morale et psychologique. De nombreuses études en témoignent, comme celle réalisée par le Medef en Septembre 2015 : l’espérance de vie serait allongée de 3 ans pour les personnes pratiquant une activité physique régulière. De même, selon une étude réalisée par Décathlon Pro en 2017, sur 257 personnes travaillant en entreprise, 96% semblent montrer un fort intérêt pour la pratique sportive. De fait, l’engouement est tel que les entreprises se sont initiées au concept et proposent ainsi de nombreux services pour répondre aux besoins de leur équipe : installation de salles de sport, évènements informels, aménagement des horaires à l’image du cabinet d’audit financier et de conseil EY, qui met à disposition pour ses collaborateurs le partenariat Kwerk offrant ainsi de multiples activités physiques propices à l’épanouissement... les idées ne manquent donc pas pour se dépenser en entreprise. Toutefois, s’agit-il d’un état d’esprit éphémère ou bien d’une opportunité à portée de main en termes d’efficacité, autant sur le plan professionnel que personnel ?  


 



La pratique sportive en entreprise est bénéfique sur de nombreux aspects, autant individuels que collectifs


Les opportunités sont multiples et peuvent profiter à un grand nombre. Sur le plan interne, plusieurs acteurs peuvent jouir des bienfaits d’une activité sportive au sein de leur entreprise. Les bienfaits se font ressentir directement sur le bien-être et l’état physique de l’individu qui pratique du sport, comme un meilleur sommeil et même des effets sur le long terme avec la diminution des maladies cardio-vasculaires. Le sport agit également sur l’augmentation de la productivité : diminution du stress favorisant ainsi l’efficacité, augmentation du sentiment de sérénité et de motivation. Plus concrètement, une personne sédentaire voit sa productivité s’améliorer de 6% à 9% si elle se met à pratiquer du sport selon l’étude réalisée par le Medef précédemment évoquée. La pratique sportive permet également de développer sa capacité à se dépasser, à s’engager et faire face aux difficultés : des compétences qui épousent parfaitement le monde de l’entreprise finalement. De plus, l’activité sportive en entreprise est bénéfique pour tous les collaborateurs : favoriser l’esprit d‘équipe, apprendre à connaître ses collègues sont autant de compétences qui peuvent être développées à travers le sport, plutôt que lors d’une énième pause-café. Sur le plan externe, ce sont les pouvoirs publics qui sont gagnants car ils peuvent désormais espérer faire face à leurs impératifs santé se traduisant notamment par la réduction du nombre de maladies liées à la sédentarité (générées ici par le cadre professionnel). Le sport en entreprise, toujours une tendance ? Peut-être pas finalement.  


 



Néanmoins, quels sont les éléments qui nous freinent au recours de la pratique sportive en entreprise ?  


Trop peu d’entreprises se sont converties à la pratique sportive et ce pour plusieurs raisons. D’une part, la mentalité sportive serait incohérente avec le discours tenu dans les entreprises : les objectifs d’une performance sportive ne sont pas compatibles avec ceux d’une entreprise car trop différents compte tenu du contexte. Le fait d’encourager, voire d’imposer, la pratique sportive peut s’avérer contre-productif et il convient donc aux entreprises de faire preuve de souplesse et de flexibilité pour convertir progressivement leurs équipes. Le sport en entreprise doit être un loisir, un moyen de s’épanouir mais en aucun cas une fin car cela ne serait pas profitable. Ajouter un esprit de compétition en plus de celui des performances professionnelles pourraient entraîner une perte de dynamisme au sein des équipes. D’autre part, des arguments opérationnels comme le manque d’infrastructures, le fait de s’entraîner avec ses collègues (qui serait d’ailleurs perçu comme une intrusion dans la vie privée), le manque de temps ou encore des prestations proposées par les entreprises qui sont inadaptées aux besoins de leur équipe freinent également le sport en entreprise. Les principales limites reposent donc sur des préjugés qui ne demandent qu’à être dépassés afin de se rendre compte des bienfaits de la pratique sportive en entreprise.   


 


Finalement, pourquoi un tel article ? La pratique sportive en entreprise est encore trop peu répandue aujourd’hui. En effet, une seule entreprise sur quatre propose cette opportunité et ce sont surtout les start-ups qui sont tournées vers cette démarche actuellement. Alors pourquoi ne pas initier le mouvement chez nous, Junior-Entrepreneurs que nous sommes ? L’arrivée de l’été n’est pas l’unique prétexte pour se mettre au sport, elle est peut-être même la dernière de nos préoccupations. En somme, il s’agit de bien plus que cela : un équilibre entre bien-être et performances non seulement physiques mais également intellectuelles. Le sport apparaît ainsi comme un liant indispensable et permet d’encourager, d’une certaine manière, la démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) dans nos pratiques internes afin d’être cohérent avec ce que nous proposons en externe. La célèbre citation de Juvénal « Mens sana in corpore sano » (« Un esprit sain dans un corps sain ») prend tout son sens ici et continue d’inspirer et d’influencer les sociétés, en témoignent notamment les mots de Michelle Obama en 2010 lors du lancement de sa campagne contre l’obésité infantile : « Let’s move ! ». 


 


Carla MONZALI, Responsable Audit et Qualité à Skema Conseil Lille.  

Commentaires