• Bannière Actualités

La prise de décision horizontale

6 avril 2018 : Lucas Ledru

La prise de décision horizontale

La prise de décision horizontale: Quel intérêt dans une organisation ? En quoi est-ce une opportunité ?


Le management vertical (ou pyramidal) a fait son temps. Considéré par les baby-boomers comme un moyen efficace de faire fonctionner l’entreprise, la verticalité laisse petit à petit place à l'horizontalité dans les entreprises de toute taille.  En effet, la structure pyramidale est aujourd’hui considérée comme trop rigide et n’étant plus en adéquation avec le monde professionnel dans lequel nous vivons : la mobilité et l’innovation sont devenues des caractéristiques essentielles de la vie en entreprise.


Ce sont donc des structures de plus en plus horizontales avec un management beaucoup plus collaboratif qui voient le jour. Cette nouvelle organisation consiste à supprimer des niveaux hiérarchiques intermédiaires pour aplanir la structure hiérarchique verticale en place.


En d’autres termes, le manager délègue et donne davantage de responsabilités et d’autonomie à ses collaborateurs. Il passe de « chef » à « manager », avec un rôle d’accompagnement beaucoup plus prégnant.


L’information ne part plus uniquement du sommet, l’ensemble de l’entreprise peut être mis à contribution. L’organigramme s’aplatit !


Les technologies de l’information et de la communication (TIC) portent cette dynamique de l’horizontalité : les réseaux sociaux et les sites internet, tel que Wikipédia, participent au management horizontal puisque n’importe qui peut disposer de l’accès à l’information et faciliter le partage des connaissances. Le pouvoir centralisé, notamment lié à l’information, tend à disparaître pour laisser place à une toile de responsabilités plus complexe mais aussi plus pertinente.


Bien que les entreprises n’abandonnent pas totalement la structure verticale et choisissent plutôt un entre-deux, appelé « management matriciel », la tendance est donc à la revue du concept traditionnel de la hiérarchie dans les entreprises. Pour quelles raisons ? Et quels sont les outils utilisés par les entreprises pour faciliter le management horizontal ?


Comment passer d'un management vertical à une gestion horizontale ?


L’utilisation d’une technologie collaborative est un bon moyen pour créer une dynamique. Dorénavant, de nombreux outils sont mis à disposition pour travailler en groupe afin que chacun puisse apporter des idées qui seront prises en considération par tous les autres membres de l’entreprise. Ces outils sont souvent des plateformes qui sont accessibles pour tous les salariés via internet ou l’intranet de la société.


Voici quelques exemples d’outils pour un mettre en place un management plus horizontal et donc collaboratif :


Intra’know : plateforme collaborative sur laquelle les employés ont les moyens de mieux travailler ensemble. Elle consiste à partager des informations issues de réunions, de plannings, de documents de référence, de discussions, de besoins internes, etc. Cela permet de faciliter les échanges et la communication entre tous les membres d’une entreprise, que chaque décision et parole soit prise en compte, d’avoir une gestion des actions plus fiables ainsi que de gagner du temps en réunion et d’améliorer l’efficacité des projets et des activités.


Taïga : outil très agréable à utiliser mais surtout excellent en termes de gestion de projet, il permet à tous de faire émerger ses idées. Le principe est simple : chaque personne d’une équipe peut déposer une idée et les autres peuvent voter anonymement s’ils trouvent l’idée intéressante. A la majorité simple, l’idée peut être soumise à la réflexion et, peut-être, mise en place à l’avenir. Ainsi, Taïga semble être l’outil parfait pour la prise de décision horizontale menant à des projets novateurs émergeant de l’ensemble des employés.


Les Avantages à mettre en place la prise de décision horizontale :


1/ Favoriser le Time Market

Avec la prise de décision verticale, seulement 11% des nouvelles idées proposées par les salariés sont prises en compte. 


L’un des avantages de la prise de décision horizontale est que toute idée est, au minimum, considérée par tout le monde. L’information circule beaucoup plus facilement puisqu’il y a moins d’intermédiaires validateurs. En ce sens, les bonnes idées sont connues et émergent légitimement rapidement, ce qui permet alors leur mise en place rapide. C‘est pourquoi la prise de décision horizontale permet d’accélérer le « time to market ». Lorsqu’un employé a une idée innovante qui est dans la tendance du moment, il est nécessaire que cette idée, si elle est considérée comme bonne, soit mise en place assez rapidement.


2/ Favoriser l'innovation

La mise en place de la prise de décision horizontale favorise l’innovation et donne envie aux employés de prendre des initiatives. Les employés deviennent proactifs puisqu’ils ont un réel impact au sein de l’entreprise et qu’ils peuvent mener des projets allant parfois au-delà de leur fiche de poste.


3/ Améliorer l'humeur et le confort de travail des employés

Les employés sont davantage heureux au travail. Le fait qu’ils soient en possession de cette capacité leur ferait comprendre qu’ils ont un rôle important à jouer et pourraient même être plus heureux de travailler car ils se sentiraient être un élément important dans l’entreprise dans laquelle ils travaillent. Il s’agit donc d’un réel enjeu à la fois lié aux ressources humaines et à la performance commerciale.


4/ Développer la capacité à travailler en groupe

Le but est ainsi de mettre ensemble des personnes qui ont des expertises différentes et sont complémentaires. C’est grâce à cette technologie collaborative que se développe la capacité à travailler en groupe puisque chacun est responsable de son expertise et doit en informer les autres membres. Cela permet aussi d’avoir une base de connaissances plus large lors du lancement d’un projet.


5/ Simplifier la communication

Grâce aux outils que nous avons vus précédemment, les informations sont stockées sur des plateformes collaboratives et accessibles par tous. Ainsi, pour le manager et les salariés qui travaillent sur un projet, il n’est plus nécessaire d’envoyer un mail pour les informer des avancées du projet. Cela réduit drastiquement les problèmes de réception de mails où certains passent inaperçus par certains employés en raison d’une masse trop importante de mails.


POUR CONCLURE : l'holacratie, un nouveau système de prise de décision horizontale

L’autorité et la prise de décision se retrouvent dorénavant aux mains des salariés, voilà ce que fait une entreprise libérée adoptant l’holacratie. La théorie holacratique a été inventée et développée dans les années 2000 par l’Américain Brian Robertson.


Le principe est de donner de l’autonomie et de choisir ses propres missions pour arriver à un ensemble de salariés qui adhéreront à un objectif commun. Personne n’a le pouvoir d’attribuer à chacun des tâches. L’holacratie repose sur le système horizontal où les employés se gèrent eux-mêmes. C’est pourquoi on utilise l’expression d’« entreprise libérée » puisqu’il y a une forme de liberté chez chacun des salariés. Toutefois, cela ne veut pas dire que les responsabilités disparaissent : l’holacratie peut être vue comme un cadre où chaque salarié établit au mieux le fonctionnement de son entreprise. On peut parler de management sans managers.


Filiale d’Amazon et distributeur online de chaussures et de vêtements, Zappos a adhéré à ce principe. En 2014, le PDG de Zappos, Tony Hsieh a voulu supprimer la hiérarchie au sein de son entreprise. C’est la plus grosse entreprise à avoir osé l’holacratie.


Pour être exhaustif, il convient de souligner cependant que Tony Hsieh a abandonné ce système en raison du départ de 210 de ses employés suite à cette décision. Le modèle semble en effet être en apparence flexible mais en réalité les employés se sentaient oppressés par un tel système.


Sans tendre jusqu’à l’holacratie, la dynamique du management horizontal a de nombreux atouts à faire valoir. Nous vous invitons à vous poser la question : et vous, où en est votre entreprise dans ce processus ?


Par Mathilde GOUY, Chargée de Développement Commercial, à Skema Conseil Lille.

 

 

Commentaires